Supplément n°7 : F. LOPPE, Construire en terre pendant la guerre de Cent ans. Les fortifications de Castelnaudary (Aude), vers 1355 – vers 1450,  2010.             

Suppl. n° 7

F. LOPPE, Construire en terre pendant la guerre de Cent ans. Les fortifications de Castelnaudary (Aude), vers 1355 – vers 1450,  2010.               

Préface de C.-A. de CHAZELLES.

 35 € + 2 € (participation au port)

Format 21 x 29,7. 296 pages, illustrations en noir et blanc et en couleur.

En couverture : Castelnaudary (Aude). Plan de la ville intra muros d’après le cadastre du XIXe s. et les sources textuelles (en haut) (DAO : F. Loppe) – Compte consulaire de Castelnaudary (Aude), 1397, page de garde (en bas, à gauche) (Photo : A.D. Aude) – Thil (Haute-Garonne), carte postale du début du XXe s. Vestige de l’enceinte villageoise en terre massive (au centre, à droite) – Esparsac (Tarn-et-Garonne). Vestige de l’enceinte villageoise en terre massive (en bas, à droite) (Photo : D. Baudreu).

ISSN : 1278 3358  ISBN : 978 2 9183650 7 5

Cet ouvrage, tiré d’une thèse de doctorat, est une étude sur l’emploi de la terre crue dans la fortification durant la guerre de Cent Ans à Castelnaudary (Aude), principalement grâce aux 32 registres consulaires municipaux couvrant cette période (1359-1447). Pour la première fois dans le Midi de la France, une étude monographique approfondie met en évidence l’usage de la terre crue dans la conception d’une enceinte urbaine au bas Moyen Age.

Après une présentation des sources et un historique général de la ville, l’ouvrage tente d’identifier les diverses techniques utilisant ce matériau en Lauragais et Toulousain (terre massive, coffrée ou non, colombage-torchis, etc.) afin de déterminer leurs rôle et place au sein de la fortification. Il aborde enfin la dimension socio-économique de ces modes constructifs, notamment par l’examen de l’origine géographique et des qualifications des personnes qui les mettent en œuvre, ainsi que de leurs contrats et salaires. Le coût des ouvrages est quant à lui appréhendé grâce à l’examen de plusieurs prix-faits. Un glossaire, établi à partir des termes latins et occitans relevés dans les documents, complète l’ensemble.

 

SOMMAIRE :

INTRODUCTION

Chapitre 1 : Présentation générale

Chapitre 2 : les comptes consulaires de Castelnaudary : 1359-1447

2.1. Présentation. 2.2. Les poids et mesures

Chapitre 3 : La ville (milieu XIVe-milieu XVe siècle)

3.1. Castelnaudary au bas Moyen Âge : morphologie générale. 3.2. Castelnaudary en 1355-1356. 3.3 1356-1366 : de la reconstruction à la bastida. 3.4. 1366-1448 : la bastida ou nova ampliatio. 3.5. Barrières et palissades

Partie I : LES CONSTRUCTIONS DE TERRE MASSIVE

Chapitre 4 : Le fossé de la ville : principale source d’approvisionnement pour la construction en terre ?

4.1. Creusement et curage du fossé (« curar le valat »). 4.2. Conditionnement et transport des décombres : « trayre l’escombre del valat ». 4.3. Evacuation et vidange des décombres : « gitar el escombre del valat ».

Chapitre 5 : Essai d’identification des techniques

5.1. Les observations de terrain. 5.2. L’apport des textes

Chapitre 6 : Nature, place et rôle des fortifications de terre massive à Castelnaudary pendant la guerre de Cent Ans

6.1. Les courtines. 6.2. Les portes, tours et barbacanes

Partie II : LE COLOMBAGE / TORCHIS ET LES AUTRES UTILISATIONS DE LA TERRE CRUE

Chapitre 7 : La technique du colombage/torchis

7.1. La structure en bois. 7.2. Le torchis

Chapitre 8 : Nature, place et rôle du colombage/torchis à Castelnaudary pendant la guerre de Cent Ans

8.1. Les barbacanes (barbacanas). 8.2. Le pal ou palissade. 8.3. Les hourds de l’enceinte : ambans, enbans, envans. 8.4. Une sorte de hourd : le cadafalc. 8.5. Le chemin de ronde de l’enceinte : corseria, aleya. 8.6. Edifices d’observation et de défense : guettes, échauguettes, bretèches : gaytils, gaychils, agassiers

Chapitre 9 : Les autres utilisations de la terre crue

9.1. La terre comme élément de protection et d’isolation. 9.2. La terre comme élément de remblai et de stabilisation. 9.3. La terre comme liant : le mortier de terre

Partie III : LA DIMENSION SOCIO-ECONOMIQUE DE LA TERRE CRUE DANS LA FORTIFICATION MEDIEVALE EN LAURAGAIS ET TOULOUSAIN

Chapitre 10 : Les hommes de la terre : qualifications, origines, contrats, salaires

10.1. Les « maîtres » : qualifications et origines. 10.2. Compagnons, ouvriers, manoeuvres : qualifications et origines. 10.3. Le mode d’exécution du travail et des salaires

Chapitre 11 : le coût de la construction en terre crue

11.1. Le prix des matériaux et de l’outillage. 11.2. Le coût du transport. 11.3. Le coût global des ouvrages en terre crue

Conclusion générale

Glossaires (occitan et latin) – Sources – Bibliographie – Index

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search